Auteur/autrice : Francisco Uy

Comment devenir une communauté accueillante

Accueillir signifie accepter les personnes telles qu’elles sont et les inviter à des activités en facilitant leur participation pleine et entière. Les ressources qui suivent offrent des exemples de pratiques d’accueil traditionnelles de membres de diverses religions.


Ressources baha’ies

La communauté baha’ie du Canada : ce bref site Web de la communauté baha’ie du Canada répertorie d’autres sites Web pertinents pour les activités communautaires et théoriques, et la dévotion pour les fidèles de la foi baha’ie, à la fois au Canada et à l’étranger.

Bâtir sa communauté : ce site Web fascinant de la communauté baha’ie du Canada contient des liens vers des vidéos consacrées aux membres des communautés baha’ies de l’Ontario et du Québec, surtout à ceux qui ont participé à la conférence internationale de la jeunesse baha’ie en 2013.

Ressources bouddhistes

Guide To Buddhism A To Z (Guide du bouddhisme de A à Z) : site Web de Bhante Dhammika, professeur australien de méditation à Nilambe. Le contenu de ce site Web est présenté dans l’ordre alphabétique, puis subdivisé selon le titre de ses thèmes. L’article sur l’hospitalité contient des références aux textes du Tipitaka, une des chroniques de la vie du Bouddha consacrée à l’accueil d’autrui avec nourriture et hébergement.

Buddhism and Hospitality: Expecting the Unexpected And Acting Virtuously (Bouddhisme et hospitalité : attendre l’inattendu et agir vertueusement) : ressource d’Andy Rotman, publiée par Smith College. Rotman analyse le sens du terme sanskrit traduit par « hospitalité », du point de vue théologique et sens que lui donnent les textes bouddhistes consacrés à la réception des invités.

Ressources chrétiennes

Inclusion Handbook: Everybody Belongs, Everybody Serves (Livret de l’inclusion : aucun exclu, chacun au service d’autrui). DeYoung, Terry A. et Mark Stephenson, New York : Christian Reformed Press, 2013. Cette ressource de l’Église chrétienne réformée est une analyse approfondie des différents types de handicaps (physiques, intellectuels et émotionnels). Ses auteurs décrivent également la place centrale des relations dans la prise en charge des personnes handicapées, ainsi que de nombreuses formes d’étiquette liées aux personnes handicapées. Ils offrent de nombreux conseils pour se lier d’amitié avec les personnes ayant divers handicaps et pour les accueillir, en insistant sur l’importance du soutien des soignants. Enfin, cette ressource illustre l’importance de faire appel à des défenseurs des droits des personnes handicapées dans le contexte d’une église.

That All May Worship: An Interfaith Welcome to People with Disabilities (Que tous puissent pratiquer leur foi : accueillir les personnes handicapées de toutes confessions) : dans cette ressource en format PDF, l’American Association of People with Disabilities décrit les attitudes à l’égard des handicaps dans les contextes confessionnels américains (principalement dans les églises chrétiennes) et les moyens à employer par les congrégations pour accueillir les personnes handicapées et les mettre à l’aise, et souligne la nécessité de prendre soin des aidants des personnes handicapées.

Ressources hindoues

The Art of Hospitality in Hindu Life (L’art de l’hospitalité dans la vie hindoue) : dans ce bref document, Vishnu Mandir, temple hindou de Richmond Hill, témoigne de l’hospitalité dans les contextes hindous, décrit comment être un bon invité et un bon hôte et, enfin, compare et décrit les différences entre la conception hindoue et la conception occidentale de l’hospitalité.

Heart of Hinduism: Hospitality (Au cœur de l’hindouisme : l’hospitalité) : dans cette page Web d’un site rempli de ressources sur l’hindouisme, l’Association internationale pour la conscience de Krishna offre une définition concise de l’hospitalité, ainsi que des liens vers des témoignages d’invités et d’hôtes, des passages de textes religieux et des questions visant à alimenter la réflexion personnelle.

Ressources islamiques

What are the examples of Muslim hospitality? (Quels sont les exemples de l’hospitalité musulmane?) : dans cette page Web brève mais utile de Quora, l’auteur expose certains éléments essentiels de la théologie de l’hospitalité pour les musulmans.

Recevoir ses invités de façon islamique d’Aisha Stacey : dans ce bref article de blogue publié dans www.islamreligion.com, l’auteure décrit la relation « triangulaire » de l’hospitalité entre Dieu, l’invité et l’hôte, et cite le Coran et le Hadith à l’appui de cette relation.

Ressources juives

The Centrality of Hospitality to Judaism (La centralité de l’hospitalité dans le judaïsme) : dans cette dense ressource du Programme Morasha, un cours d’introduction au judaïsme où des citations en hébreu et leur traduction en anglais sont placées côte à côte, le droit juif est analysé pour démontrer la valeur de l’hospitalité dans la vie juive, la bénédiction de l’hospitalité pour les invités, les composantes du rôle de l’hôte, l’enseignement du rôle de l’hôte aux enfants et l’extraordinaire hommage offert aux invités quand on les accompagne lorsqu’ils quittent la maison.

The Impact of Kindness (L’incidence de la gentillesse) de Mark Greenspan : dans cette feuille-ressource publiée par la communauté rabbinique, l’auteur commente le chapitre 18 de la Genèse (la visite rendue par trois anges à Abraham à Mamré) et la manifestation du caractère d’Abraham dans ses actions.

Ressources sikhes

The Sikh Coalition (La coalition sikhe) : on trouve dans cet utile site Web de la communauté sikhe des États-Unis la description des aspects culturels et religieux du sikhisme, dont l’engagement sikh envers la justice pour tous, ainsi que l’offre d’un recours judiciaire aux personnes en détresse.

Punjab Culture: Hospitality (Culture du Punjab : l’hospitalité) : dans ce bref article publié dans allaboutsikhs.com, l’auteur définit l’hospitalité en tant que caractéristique centrale des sikhs en général et des Panjabis en particulier.

Autres ressources

Why Focus on Welcoming? (Pourquoi accorder une telle importance à l’accueil?) : ressource des Community Activators

Choosing a Welcoming Orientation (Adopter le principe de l’accueil) : ressource des Community Activators

Principles for Creating Hospitality in Communities (Principes de création de l’hospitalité au sein des communautés) : ressource des Community Activators

Gift-Based Ways to Help Others (L’aide d’autrui fondée sur les dons) : ressource des Community Activators

The Art of Listening (L’art de l’écoute) : ressource des Community Activators

The Significance of Storytelling (L’importance des anecdotes personnelles) : ressource des Community Activators

 

Table des matières

Introduction


Pour commencer

  • Qui sont les personnes handicapées?
  • Que sont les obstacles?
  • Établir des rapports avec les personnes handicapées

S’organiser

  • Étape 1 : Formez un comité d’inclusion
  • Étape 2 : Recensez les obstacles
  • Étape 3 : Créez un plan

Se mettre au travail

  • 1- Strategies for Shifting Attitudes & Promoting 18 Active Participation
  • 2- Strategies for Improving Communications
  • 3-Strategies for Making Buildings and Facilities Accessible

Accueillir de nouvelles personnes au sein de votre communauté

  • Étape 1 : Élaborez un plan pour accueillir de nouveaux membres au sein de votre communauté
  • Étape 2 : organisez des activités de sensibilisation à l’intention des personnes qui ne font pas encore partie de votre communauté
  • Étape 3 : Établissez des rapports avec les personnes handicapées

Introduction

Avant le lever du soleil, les membres d’une famille musulmane de Scarborough, à Toronto, pratiquent leurs ablutions, orientent leurs tapis de prière vers La Mecque et entament leurs prosternations et leurs prières. À la Cathédrale Saint-Michel, des fidèles font la queue pour recevoir la communion des mains du prêtre qui murmure : « Voici le corps du Christ livré pour vous. » À l’intérieur du Shri Swaminarayan Mandir, des moines hindous entonnent des cantiques matinaux (prabhatiya) et rendent hommage à leurs divinités en leur présentant des offrandes sous forme de nourriture et de vêtements. La congrégation unitarienne de Guelph se réunit en vue d’aborder d’importantes questions existentielles, de se soutenir les uns les autres afin de trouver un sens et un but à leur vie, et d’œuvrer à promouvoir la paix et la justice.

Les moines du Gajang Tibetan Buddhist Meditation Center de Parkdale, à Toronto, méditent et écoutent les enseignements propres à leur branche du bouddhisme. Dans la réserve des Six Nations, près de Brantford, des hommes, des femmes et des enfants issus des Premières Nations rendent hommage à la terre de leurs ancêtres. Le sabbat commence le vendredi soir, au coucher du soleil, pour les communautés juives de l’Ontario et d’ailleurs dans le monde. Dans les communautés sikhes de Brampton, les Ragis récitent, chantent et interprètent les versets du Guru Granth Sahib devant les autres membres de la communauté.

Ces moments, ainsi que d’innombrables autres moments dans la vie des gens à l’échelle de l’Ontario sont les fils qui servent à tisser la tapisserie que nous appelons « religion ». Toutes les religions partagent l’objectif commun de lier les personnes autour de valeurs qui sont au centre de la vie. Tous les croyants souhaitent ultimement intégrer tout le monde et accueillir au sein de leur communauté des personnes qui proviennent de tous les horizons. Cet état d’esprit unique tire son fondement dans les rituels, les chants, la prière, le travail en comité, les activités de bienfaisance, l’hospitalité et autres pratiques sociales et spirituelles. Chacun doit pouvoir prendre part à ces expériences de vie, mais parfois, les personnes handicapées y sont exclues.

C’est la participation pleine et entière aux rites, à la pratique religieuse et aux activités des communautés religieuses qui crée un profond sentiment d’appartenance et c’est souvent un prolongement de la foi. Les personnes handicapées de votre communauté sont peut-être exclues de la pleine participation à ces activités, car bon nombre de ces traditions, de ces activités et de ces lieux ont été conçus sans tenir compte des besoins des personnes handicapées. Les communautés religieuses de l’Ontario peuvent renforcer leurs traditions en matière d’accueil de manière à intégrer les personnes handicapées en :

  • tenant compte de la participation actuelle des personnes ayant un handicap visible ou non au sein de leur communauté;
  • recensant et en éliminant les obstacles en ce qui a trait à l’attitude, la communication et l’architecture;
  • encourageant la participation des personnes handicapées à la vie religieuse, sociale et culturelle de leur communauté.

Chaque section de ce guide comporte des faits concernant les personnes handicapées, des stratégies, des astuces et diverses ressources en matière d’accessibilité et d’inclusion, présentés notamment selon des contextes religieux.  Nous espérons que les ressources comprises dans le présent guide contribueront à l’ouverture des esprits, des cœurs et des portes des communautés religieuses aux personnes de toutes capacités. Allons-y !

Guide des congrégations accessibles

Le guide contient de nombreuses idées et décrit de nombreuses étapes pour présenter à votre communauté de nouvelles méthodes d’amélioration de l’accessibilité et de l’inclusion.

Nos portes son ouverts guide PDF: Nos_portes_sont_ouverts_guide

Nos portes son ouvert guide doc. accessible: Nos_portes_sont_ouvertes_guide_FR


Introduction


Pour commencer

  • Qui sont les personnes handicapées?
  • Que sont les obstacles?
  • Établir des rapports avec les personnes handicapées

S’organiser

  • Étape 1 : Formez un comité d’inclusion
  • Étape 2 : Recensez les obstacles
  • Étape 3 : Créez un plan

Se mettre au travail

  • 1- Strategies for Shifting Attitudes & Promoting 18 Active Participation
  • 2- Strategies for Improving Communications
  • 3-Strategies for Making Buildings and Facilities Accessible

Accueillir de nouvelles personnes au sein de votre communauté

  • Étape 1 : Élaborez un plan pour accueillir de nouveaux membres au sein de votre communauté
  • Étape 2 : organisez des activités de sensibilisation à l’intention des personnes qui ne font pas encore partie de votre communauté
  • Étape 3 : Établissez des rapports avec les personnes handicapées

Pour commencer

La section qui suit vous aidera à comprendre les personnes handicapées et les obstacles à la participation, en plus de vous fournir des astuces pour commencer à collaborer avec les personnes handicapées de votre communauté.

Qui sont les personnes handicapées?

Il s’agit de nos voisins, de nos amis et des membres de notre famille qui contribuent à nos collectivités. Ces personnes veulent participer à tous les aspects de notre communauté confessionnelle.

Lorsqu’ils pensent à des personnes handicapées, certains individus peuvent avoir tendance à ne penser qu’aux personnes en fauteuil roulant ou qui présentent un handicap visible. Or, les handicaps peuvent également être cachés; il n’est pas toujours apparent qu’une personne présente un handicap

En Ontario, le terme « handicap » a un sens large et comprend la surdité, la perte auditive, les handicaps de développement, les troubles d’apprentissage et les troubles de santé mentale, ainsi que le recours à un animal d’assistance, un fauteuil roulant ou tout autre appareil ou dispositif fonctionnel. Faits en bref :

  • Moins de trois pour cent des personnes handicapées utilisent un fauteuil roulant ou tout autre appareil ou dispositif fonctionnel.
  • Une personne sur sept est atteinte d’un handicap. Cela représente 1,65 million de personnes. Il est fort probable que chaque famille en Ontario soit touchée par un handicap, qu’il s’agisse d’un membre de la famille, d’un ami, etc.
  • D’ici à 2035, on s’attend à ce que ce pourcentage augmente à une personne sur cinq en raison du vieillissement de la population. À mesure qu’ils vieillissent, les gens sont plus susceptibles de développer un handicap, comme une perte visuelle ou auditive, entre autres. Les lieux de culte doivent accommoder ces personnes afin qu’elles puissent continuer d’évoluer de façon dynamique à titre de membres à part entière de la communauté religieuse.
  • Les personnes handicapées ne constituent pas un groupe homogène; il peut s’agir de personnes qui n’entendent ou ne voient pas bien, qui éprouvent de la difficulté à marcher, qui ont des capacités limitées de coordination ou de dextérité, ou qui traitent l’information de façon plus lente.

Mythes au sujet des personnes handicapées*

Chaque personne, peu importe ses capacités, mérite d’être traitée avec la même dignité et le même respect.

Mythe : Les personnes handicapées sont inférieures aux personnes « normales », et leur vie est très différente.

 

 

 

Réalité : Le terme « normal » est relatif. Nous avons tous des talents, des habiletés, des personnalités et des intérêts différents ‒ entre autres! Les personnes handicapées fréquentent l’école, se marient, travaillent, fondent des familles, s’amusent, font la lessive, vont magasiner, mangent au restaurant, voyagent, font du bénévolat, votent, paient leurs impôts, rient, pleurent, planifient et rêvent ‒ exactement comme tout le monde.

 

Mythe: Nous devons avoir pitié des personnes handicapées.

Réalité : Il s’agit d’une attitude condescendante. Les personnes handicapées n’ont pas besoin de pitié; elles ont besoin d’accéder aux mêmes possibilités que tout le monde.

Mythe: Les personnes handicapées sont braves et courageuses.

Réalité: S’adapter à un handicap ne demande pas de bravoure, ni de courage; cela demande la faculté de s’ajuster à un mode de vie.

Mythe: Il faut faire attention en parlant aux personnes handicapées parce qu’elles s’offusquent facilement si l’on n’emploie pas les mots justes.

Réalité:  Il vous suffit de demeurer poli et respectueux, comme vous le seriez si vous parliez à quelqu’un d’autre. Si vous ne savez pas quoi dire ou quoi faire, vous pouvez tout simplement le demander à votre interlocuteur (assurez-vous de bien écouter).

Mythe: Les personnes handicapées ne souhaitent pas participer à des activités.

Réalité: Les personnes handicapées ont les mêmes préférences, perceptions, attitudes, habitudes et besoins que les personnes n’ayant pas de handicap. Elles souhaitent bénéficier de la même qualité en matière de participation et de possibilité.

 

*(Adapté de la parution : Notre participation compte : éliminer les obstacles à la participation des personnes handicapées au processus politique, Direction générale de l’accessibilité pour l’Ontario)

Que sont les obstacles?

Les lieux de culte accueillants sont inclusifs de la porte d’entrée à la chaire, à la bimah ou au minbar.

Les obstacles font en sorte qu’il s’avère difficile, voire parfois impossible, pour les personnes handicapées de participer pleinement aux activités de la vie quotidienne, y compris la pratique de leur culte.

Plusieurs personnes croient que les handicaps sont des obstacles, mais ce n’est pas le cas. Généralement, les obstacles sont présents parce que les besoins des personnes handicapées n’ont pas été pris en compte. Il est également important de reconnaître que les traditions religieuses de longue date peuvent parfois occasionner des obstacles. Lorsque vous aurez compris ce que sont les obstacles, vous serez en mesure de les repérer plus facilement dans votre lieu de culte.

Obstacles comportementaux

L’attitude est probablement l’obstacle le plus difficile à surmonter, car il s’avère difficile de changer la façon dont les gens pensent et se comportent.  Les obstacles comportementaux peuvent faire que les personnes handicapées soient traitées différemment des personnes qui ne sont pas handicapées.

Exemples :

  • Supposer qu’une personne qui a un trouble de la parole souffre d’une déficience intellectuelle, et lui parler comme l’on parlerait à un enfant.
  • S’adresser à la personne de soutien, et non directement à la personne handicapée.
  • Ignorer ou éviter complètement les personnes handicapées. Rappelez-vous, l’attitude est un obstacle important que nous avons la capacité de changer.
  • Avoir peur de dire ou de faire quelque chose d’incorrect, ou d’être rejeté.

Ne pas aborder la question de savoir si les traditions religieuses de longue date occasionnent des obstacles, comme le fait de s’agenouiller, de se prosterner ou de proclamer les écritures.

Obstacles à l’information et à la communication

Les obstacles à l’information et à la communication sont présents lorsqu’une personne handicapée ne peut pas obtenir ou comprendre facilement l’information accessible aux autres.

Exemples :

  • caractères d’imprimerie trop petits dans les livres de prières, brochures et affiches ne pouvant pas être lus par les personnes ayant une basse vision;
  • prédication orale ne pouvant pas être entendue par les personnes malentendantes.

Obstacles architecturaux ou structurels

Les obstacles architecturaux ou structurels sont présents lorsque les caractéristiques de la conception d’un bâtiment restreignent l’accès aux personnes handicapées.

Exemples :

  • poignées de porte difficiles à tourner pour une personne dont la mobilité et la force sont restreintes, comme une personne qui souffre d’arthrite;
  • escaliers qui mènent à la chaire, à la tribune du chœur ou à un étage supérieur qui ne sont pas accessibles à une personne en fauteuil roulant;
  • porte-manteaux trop hauts pour être atteints;
  • entrées ou allées qui sont bloquées.

Établir des rapports avec les personnes handicapées

Il se peut que les membres de votre communauté soient incertains de la meilleure façon d’aborder une personne handicapée. Comme pour la plupart des interactions humaines, il y a des règles d’étiquette à suivre. Voici quelques astuces sur l’interaction et l’établissement de rapports avec les personnes handicapées.

Employer les mots justes

  • Utilisez un langage centré sur la personne qui met l’accent sur la personne; par exemple, dites « homme qui utilise un scooter », plutôt que « homme handicapé » ou « utilisateur de fauteuil roulant ».

Astuces générales

  • Demandez « Comment puis-je vous aider? » et écoutez la réponse (fig. 3).
  • Dites ouvertement que vous ne savez pas exactement quoi dire ou comment aider. Le fait d’affirmer que vous ne savez pas comment faire constitue la première étape dans l’apprentissage d’une chose nouvelle.
  • Intégrez la personne handicapée dans le processus de résolution de l’obstacle rencontré.
  • Réservez un accueil chaleureux aux nouveaux membres éventuels.
  • Évitez les stéréotypes. Si vous ne connaissez pas la personne ou son handicap, il est préférable d’attendre qu’elle vous décrive sa situation, plutôt que de vous en tenir à des suppositions à cet égard. De nombreux handicaps ne sont pas visibles, ou se manifestent de manière semblable, et vos suppositions risquent d’être fausses.
  • Soyez patient. Les personnes ayant certains types de handicap peuvent avoir besoin d’un peu plus de temps pour vous répondre. Écouter de façon attentive constitue un bon point de départ.
  • Si vous ne pouvez pas comprendre ce que la personne vous dit, demandez-lui poliment de répéter.
  • Ne touchez pas sans autorisation les appareils ou dispositifs fonctionnels, y compris les fauteuils roulants.

Astuces pour interagir avec les personnes qui utilisent un fauteuil roulant

  • Les personnes qui utilisent un fauteuil roulant souhaitent être le plus autonomes possible; aidez-les uniquement lorsqu’elles en font la demande.
  • Ne touchez pas à leur fauteuil roulant sans autorisation.
  • Si vous organisez une sortie, assurez-vous que votre destination est exempte d’obstacles afin d’éviter les problèmes possibles pour les personnes qui utilisent un fauteuil roulant, ou qui ont d’autres besoins particuliers.
  • Adressez-vous directement à la personne handicapée, et non à la personne qui l’accompagne ou à sa personne de soutien.
  • Si vous devez avoir une longue discussion, pensez à vous asseoir sur une chaise pour être en mesure de regarder la personne dans les yeux.
  • Ne touchez pas au fauteuil roulant et ne le déplacez pas sans permission.

Astuces pour interagir avec les personnes qui sont sourdes ou malentendantes

  • Parlez de façon claire (sans exagérer la prononciation).
  • Formulez des phrases courtes.
  • Réduisez le bruit ambiant, et faites face à votre interlocuteur.
  • Attirez l’attention de la personne avant de lui adresser la parole. La meilleure façon consiste à taper gentiment sur son épaule ou lui faire un signe de la main. Servez-vous d’un appareil d’amplification du son, le cas échéant (fig. 4).
  • Au besoin, demandez à la personne si une autre méthode de communication serait plus facile (par exemple l’utilisation d’un stylo et de papier).
  • Disposez les chaises de sorte à former de petits groupes, de préférence en cercle, ou autour d’une table ronde.
  • Demandez aux conférenciers de fournir des notes lors de grandes réunions.

Astuces pour interagir avec les personnes ayant une déficience visuelle

  • Ne supposez pas que la personne ne peut pas vous voir.
  • Identifiez-vous par votre nom lorsque vous approchez la personne.
  • Avisez la personne lorsque vous quittez la conversation ou les lieux.
  • Soyez précis et clair lorsque vous donnez des directives ou des consignes.
  • Offrez le coude pour guider la personne, au besoin. Marchez comme vous le feriez normalement.
  • Demandez-lui si elle souhaite que vous lui lisiez des documents imprimés à voix haute.
  • Offrez de lui décrire des renseignements.
  • Ne touchez pas ou ne vous adressez pas au chien d’assistance de la personne. N’oubliez pas qu’un chien-guide n’est pas un animal de compagnie; c’est un animal de travail. Si vous ne savez pas s’il s’agit d’un animal de compagnie ou d’un chien-guide, demandez-le à la personne.

Astuces pour interagir avec les personnes autistes

  • La routine est importante pour plusieurs personnes autistes. Les surprises sont souvent sources de peur. Laissez place à la prévisibilité, et annoncez à l’avance les changements. La confusion peut se manifester sous forme de colère, alors que les bruits forts et soudains, y compris des applaudissements imprévus, peuvent occasionner la peur.
  • Saluez la personne de façon normale en établissant un contact visuel bref, même si aucune réponse n’est attendue ou même possible. Saluez la personne par son nom.
  • Offrez une poignée de main, mais n’insistez pas.
  • Mettez des personnes de soutien à la disposition de la personne autiste lors de rencontres et d’événements liés à l’office.
  • Fournissez des supports visuels en complément aux renseignements.
  • Rappelez-vous que pour certaines personnes, bon nombre de sensations que la plupart des gens tiennent pour acquises sont déplaisantes, voire pénibles.

Astuces pour interagir avec les personnes ayant la maladie d’Alzheimer ou d’une autre forme de démence

  • Écoutez attentivement ce que la personne dit.
  • Pensez aux sentiments exprimés derrière les mots prononcés par la personne. (Nos expressions faciales, nos contacts visuels, notre posture, la position de nos jambes et de nos bras ‒ l’ensemble de notre langage corporel ‒ en disent aussi long que nos mots).
  • Ne demandez pas à la personne de se remémorer un événement survenu dans le passé. Parlez des événements dont vous vous souvenez ou de ceux que vous savez qu’ils sont arrivés, et du rôle de la personne dans ces événements.
  • Traitez la personne avec le même respect et la même prévenance que vous démontrez aux autres.
  • Soyez patient.

Astuces pour interagir avec les personnes ayant une déficience intellectuelle

  • Faites preuve de la courtoisie habituelle, comme une poignée de main.
  • Si vous éprouvez de la difficulté à comprendre ce que la personne vous dit, ne faites pas semblant de comprendre; demandez-lui de répéter.
  • Demandez à un membre de la famille ou à une personne de la communauté religieuse d’accueillir la personne et de s’asseoir avec elle durant l’office, au besoin.
  • Faites participer les enfants ou les adultes ayant une déficience cognitive au plus grand nombre possible de programmes communautaires (fig. 6).
  • Utilisez un langage clair et formulez des phrases courtes.
  • Offrez votre soutien et soyez patient (fig. 7).
  • Adressez-vous directement à la personne, et non à la personne qui l’accompagne ou à sa personne de soutien.

Avez-vous essayé ce qui suit?

  • Mettez en place des procédures en vue d’accueillir de nouveaux membres, y compris des membres ayant un handicap.
  • Demandez au nouveau membre ce qu’il/elle souhaite le plus obtenir de la communauté.
  • Si vous savez qu’une personne handicapée entend fréquenter votre lieu de culte, demandez-lui au préalable si elle aura besoin d’aide lors de sa visite.
  • Passez en revue la capacité de votre communauté religieuse à fournir des accommodations en matière d’accessibilité, comme des livres à gros caractères, un accès pour les fauteuils roulants et un service d’interprétation.
  • Si une personne handicapée entend participer à un de vos groupes, tâchez de déterminer ses habiletés particulières et trouvez des façons de mettre à contribution ces talents.

Liste de vérification des progrès réalisés

  • Nous reconnaissons l’existence et la diversité des personnes handicapées autour de nous.
  • Nous reconnaissons que des obstacles peuvent survenir lorsque les besoins des personnes handicapées ne sont pas pris en compte.
  • Nous comprenons que les obstacles comportementaux sont les obstacles les plus difficiles à surmonter, mais que la capacité de modifier notre attitude existe en nous.
  • Si nous ne savons pas exactement quoi dire ou comment aider, nous allons poser des questions aux personnes handicapées au lieu d’y aller de nos propres suppositions sur la façon d’établir un rapport avec elles.

S’organiser

Afin de rendre votre communauté religieuse plus accessible, commencez par suivre les trois étapes suivantes :

  1. Formez un comité d’inclusion.
  2. Recensez les obstacles.
  3. Créez un plan.

Vous pouvez en apprendre davantage au sujet de chaque étape dans les sections ci-dessous.

Étape 1 : Formez un comité d’inclusion

La formation d’un comité d’inclusion (également appelé « comité de sensibilisation à la condition des personnes handicapées » ou « comité d’inclusion »), un groupe de membres de votre communauté religieuse chargés de répondre aux besoins des personnes de diverses capacités (fig. 8), est un moyen efficace pour rendre l’inclusion et l’accessibilité prioritaires dans votre communauté. Les membres des comités d’accessibilité sont les champions des personnes handicapées au sein de la communauté.

Vous pouvez commencer par recruter des personnes handicapées pour exercer des rôles de leadership dans votre communauté. La présence de personnes ayant vécu l’expérience du handicap à ces postes de leadership joue un rôle critique dans la création et le soutien d’une infrastructure plus inclusive. Ces personnes peuvent offrir des conseils sur les questions d’accessibilité et d’inclusion pertinentes dans votre communauté en s’appuyant sur leurs connaissances, leur expertise et leur expérience personnelles ou professionnelles.

Astuces pour les réunions du comité d’accessibilité

  • Réunissez-vous régulièrement, au moins trois fois par année.
  • Discutez des besoins des personnes handicapées.
  • Envisagez des façons de modifier la disposition des lieux et de leur utilisation afin d’améliorer l’accès.
  • Déterminez (et prenez des mesures pour y remédier) les éléments qui représentent un défi pour les personnes handicapées.
  • Élaborez des plans financiers et stratégiques à court et à long terme pour que votre communauté religieuse soit en mesure d’accueillir le plus grand nombre possible de personnes ayant des besoins divers.

Aidez votre communauté religieuse à soutenir la diversité de ses membres et à maintenir l’enthousiasme relativement aux objectifs en matière d’accessibilité en abordant la question de l’inclusion lors de la planification de l’ensemble des activités, et en continuant de prendre des mesures qui améliorent et intègrent de façon continue la vision inclusive.

Étape 2 : Recensez les obstacles

Bien que l’accessibilité puisse sembler être une question pratique, c’est aussi une question théologique. Si une communauté religieuse entrave l’accès à ses installations, rites et pratiques, elle montre ainsi du doigt ceux qui, selon elle, méritent d’y être inclus. Le recensement et l’élimination des obstacles constituent une étape clé du processus d’inclusion.

Brève liste de vérification de l’accessibilité

Votre comité d’inclusion sera particulièrement utile pour identifier les obstacles dans votre communauté de foi. Les obstacles ont été décrits dans la section Mise en route ci-dessus. Vous pouvez utiliser notre liste de contrôle pour commencer à vérifier l’accessibilité de vos services et installations dans la section des ressources.

Étape 3 : Créez un plan

Est-ce qu’il vous reste quelques éléments à cocher dans votre brève liste de vérification de l’accessibilité? Une simple modification est peut-être tout ce que vous avez à faire. Le coût de la mise en place de certains des éléments de la liste de vérification vous inquiète peut-être. Ne vous inquiétez pas! Vous pouvez toujours utiliser des solutions innovantes et abordables pour résoudre les problèmes. Lisez le reste du guide pour y trouver des idées. Consultez également notre site Web (http://opendoors.idrc.ocadu.ca/category/welcoming-communities) pour savoir ce que les autres communautés font déjà. Une solution d’accessibilité vous remplit-elle de fierté? Présentez votre idée dans notre page Facebook (https://www.facebook.com/OurDoorsAreOpen/).

Quelques idées pour vous aider à formuler votre plan

  • Passez en examen les éléments pour lesquels vous avez coché la case « Pas encore ». De concert avec les membres de votre comité, déterminez les éléments qui peuvent être remédiés de façon simple, et ceux pour lesquels plus de temps et de ressources devront être alloués. Vous trouverez des astuces pour apprendre à éliminer les obstacles dans la section « Se mettre au travail » ci-dessous. Il se peut que vous deviez consulter cette section lors de la formulation de votre plan.
  • Déterminez l’ordre dans lequel vous souhaitez aborder chaque élément. Vous pourriez commencer par les éléments plus simples à régler, suivi d’un seul des éléments pour lesquels des ressources supplémentaires seront nécessaires.
  • Pour chaque élément, déterminez les ressources (personnes, matériel, ressources financières) dont vous aurez besoin, et la façon dont vous allez vous les procurer.
  • Ayez en place un plan à court terme et un plan à long terme qui vous permettront d’aborder chacun des éléments. Votre plan à court terme devrait comporter plus de précisions, ainsi qu’un calendrier des modifications à apporter. Votre plan à long terme pourrait énoncer vos objectifs progressifs, comme la mise de côté de fonds et les demandes de subventions.
  • N’oubliez pas de consulter les membres de votre communauté religieuse ayant un handicap, ainsi que le site Web Nos portes sont ouvertes (http://opendoors.idrc.ocadu.ca/) pour de l’aide et des ressources supplémentaires.

Se mettre au travail

Votre communauté religieuse est très vraisemblablement accueillante et souhaite pratiquer l’inclusion des personnes handicapées et d’autres personnes qui se sentent peut-être sous-représentées. Vous prenez peut-être déjà des mesures pour mettre les personnes handicapées à l’aise dans votre communauté. Cela dit, votre communauté exclut peut-être involontairement les personnes handicapées parce qu’un grand nombre de traditions et de lieux ont été conçus sans tenir compte des besoins des personnes handicapées. Dans le passé, cette exclusion acceptée par la plupart des gens n’était pas remise en question. En revanche, aujourd’hui, nous sommes mieux informés, mais il nous arrive encore d’exclure parce que nous n’avons pas totalement intégré la vision inclusive à la conception de nos traditions, activités et lieux.

1- Stratégies visant à modifier les attitudes et à promouvoir la participation active

Vous pouvez commencer par une remise en question active et une réflexion au sujet de vos comportements en matière d’accueil

  • De quelle façon faites-vous preuve d’ouverture au sein de votre communauté religieuse?
  • Quelles sont vos croyances actuelles en matière d’accueil?
  • Quelles personnes ne sont pas représentées ou ne sont pas en mesure de participer?

Demandez et écoutez, tout simplement

La vision inclusive signifie la modification des habitudes et des comportements. Il se peut que votre communauté religieuse doive intégrer consciemment la vision inclusive à l’ensemble de ses activités avant que ne se développent ces habitudes inclusives. Découvrir ce à quoi vous devez réfléchir en vue d’adopter une approche inclusive peut s’avérer plus facile que vous ne le croyez. À titre de première stratégie, nous vous recommandons une approche fort simple :

Demandez et écoutez, tout simplement

Demandez aux personnes handicapées : « Que pouvons-nous faire pour être plus accueillants? Comment pouvons-nous avoir une approche plus inclusive? » Le fait d’écouter attentivement leurs réponses peut contribuer à modifier votre perception de l’inclusion. Parfois nous n’osons pas demander, car nous ne savons pas exactement comment aborder une personne handicapée, et nous ne voulons pas l’offusquer.

Interagissez avec les personnes handicapées

Les personnes handicapées veulent participer comme bénévoles aux activités et aux comités aux lieux de culte.  Voici quelques conseils pratiques pour y arriver.

Veuillez consulter la section qui porte sur les ressources pour découvrir des astuces au sujet de l’interaction avec les personnes handicapées, ou suivez le lien suivant vers un chapitre de la parution intitulée Just Ask: Integrating Accessibility Throughout Design (http://uiaccess.com/accessucd/interact.html) (en anglais).

L’accessibilité ne correspond pas à l’inclusion. Se faire inclure au sein d’une communauté signifie avoir la possibilité de participer de façon active et de contribuer à cette communauté.

Invitez les gens à participer de façon active

Accueillir signifie également favoriser la participation dans toutes les sphères d’activité de votre communauté pour que ses membres se sentent en mesure de participer.

Commencez par annoncer que vous êtes à la recherche de candidats ayant des capacités diverses dans les médias et les lieux (virtuels et physiques) qui sont fréquentés par des personnes handicapées de votre communauté.

  • Utilisez des images qui présentent la diversité dans vos publicités et vos documents médiatiques, comme celles présentées à l’adresse photoability.net (une base de données d’images de personnes handicapées) ou sur tout autre site d’hébergement d’images en ligne.
  • Annoncez! Laissez savoir que vous offrez des possibilités souples en matière de leadership et de bénévolat au sein de votre communauté (p. ex. en ligne et à domicile, à titre de bénévole avec un partenaire ou un ami, bénévolat à tâche unique et bénévolat effectué régulièrement).

Organisez des séances de formation et des réunions inclusives

  • Profitez de la souplesse qu’offre le texte électronique (il peut facilement être lu à haute voix grâce à un logiciel de lecture d’écran, élargi, converti en format braille, ajusté par couleur et par contraste et partagé), et fournissez des documents de formation et des renseignements qui sont accessibles en format numérique.
  • Profitez des solutions en matière d’audioconférence et de vidéoconférence qui sont offertes librement et à faible coût afin de favoriser la participation à distance aux activités de formation, aux réunions et aux tâches bénévoles.
  • Rédigez les documents de formation en langage clair.

Créez des tâches en vous fondant sur une approche inclusive

  • Prévoyez des tâches qui offrent une certaine souplesse en vue de les adapter aux capacités des diverses personnes et les partager. Par exemple, une personne non voyante pourrait enseigner une compétence à un groupe d’enfants avec l’aide d’une personne voyante qui assure la supervision physique.
  • Déterminez les tâches ou les composantes de tâches pouvant être effectuées depuis le domicile.
  • Divisez les tâches en sous-tâches/exigences pour pouvoir plus facilement jumeler les personnes aux tâches à réaliser.

Maintenez la participation des personnes handicapées au sein de votre communauté

  • Veillez à assurer une représentation de personnes handicapées dans tous les secteurs d’intervention de votre communauté. Qui fait partie du conseil d’administration? Qui agit à titre de bénévole de première ligne?
  • Élaborez des politiques et des procédures qui favorisent l’inclusion, la diversité et l’accessibilité par le biais du comité d’accessibilité.
  • Établissez des objectifs continus en matière d’inclusion et évaluez les progrès réalisés dans l’atteinte de vos objectifs en matière d’inclusion lors des réunions et en matière d’appui à la diversité.
  • Déterminez et éliminez les obstacles à la participation des personnes handicapées.
  • Demandez à vos bénévoles qui quittent de prendre part à un entretien de départ pour en apprendre davantage sur leur expérience.
  • Demandez aux leaders et aux bénévoles potentiels de vous décrire ce qu’ils entendent réaliser pour votre organisme communautaire, les compétences qu’ils souhaitent mettre à profit et leurs objectifs en ce qui a trait à leur collaboration avec vous.
  • Mettez l’accent sur les tâches que les personnes sont en mesure d’accomplir, et maximisez ces possibilités par la réaffectation ou le remaniement des tâches ou de certaines composantes des tâches qui comportent des obstacles ou qui sont plus difficiles à accomplir.
  • Permettez aux personnes de déterminer quelles sont leurs forces et ce qu’elles aimeraient faire, plutôt que de créer un rôle prescriptif. Cela permettra à la personne handicapée de vous indiquer de quelle façon elle pourrait contribuer de la manière la plus efficace à votre organisme.
  • Lorsque cela est possible, créez des rôles avec des échéanciers souples ou qui permettent la participation à distance ou avec l’aide d’un accompagnateur. Faites savoir aux bénévoles que ces rôles plus souples sont accessibles.
  • Accordez une attention particulière aux contraintes en matière de déplacement et de temps, de manière à ce qu’une personne qui éprouve de la difficulté à se déplacer ou qui doit composer avec d’autres engagements (comme la réservation des services d’un accompagnateur ou la prise de rendez-vous pour une consultation médicale) puisse participer aux activités de votre communauté.

Avez-vous essayé ce qui suit?

  • Prévoyez du temps pour discuter de l’accueil lors d’une réunion ordinaire.
  • Parlez des personnes qui sont les plus accueillantes dans votre communauté et de ce qu’elles font.
  • Soyez à l’écoute des voix et des besoins des personnes handicapées dans votre communauté.
  • Déterminez et éliminez les obstacles à l’accueil et à la participation.
  • Offrez la possibilité aux gens de faire du bénévolat en groupes de deux ou plus.
  • Créez des rôles qui comportent un emploi du temps flexible ou la possibilité de travailler avec un accompagnateur afin de permettre aux personnes atteintes d’une incapacité épisodique de travailler à titre de bénévole.
  • Fournissez un service de transport (p. ex. covoiturage ou navette) pour les personnes qui ne conduisent pas.
  • Demandez aux personnes ce que vous pouvez faire pour appuyer leur engagement.
  • Pourvoyez aux besoins en matière de rafraîchissements, lorsque possible.
  • Fournissez un lieu accessible où ranger de façon sécuritaire les effets personnels.
  • Demandez aux personnes handicapées de devenir bénévoles et d’agir à titre de leader dans les divers domaines d’intervention au sein de votre communauté.

Liste de vérification des progrès réalisés

  • En tant que communauté, nous comprenons le concept de l’accueil.
  • Nous constatons de quelles façons nous avons tous une part de responsabilité en vue d’assurer l’accessibilité.
  • Nous avons mis sur pied un comité d’accessibilité.
  • Nous avons intégré des personnes handicapées au sein de nos comités et dans les rituels liés à l’office, comme la prière, le chant, la danse, la parole et la prédication.
  • Nous avons fourni un soutien et des ressources pour permettre aux personnes handicapées de participer de façon active aux activités de la communauté.
  • Les tâches à accomplir sont adaptées en fonction des capacités et des domaines d’intérêt de chaque personne.
  • Nous mettons en œuvre et organisons des ateliers de formation sur l’inclusion.
  • Nous avons lancé un appel en vue d’apprendre comment éliminer les obstacles à inclusion et avons conçu des solutions créatives.
  • Nous avons désormais plus d’éléments dont la case « Oui » est cochée dans la section de la Brève liste de vérification de l’accessibilité qui porte sur les obstacles comportementaux.

2- Stratégies visant à améliorer la communication

La communication est un processus qui consiste à fournir, à envoyer, à recevoir et à comprendre de l’information. Le handicap d’une personne peut avoir une incidence sur la façon dont elle exprime, reçoit ou traite les communications.

Ne formulez aucune hypothèse en fonction du type de handicap d’une personne. Ce qui peut constituer une façon très efficace de fournir de l’information à une personne handicapée peut ne pas l’être pour une autre. Des personnes différentes qui ont le même type de handicap peuvent communiquer de façons différentes parce qu’elles ont des aptitudes ou des ressources différentes. Par exemple, seul un petit pourcentage de personnes aveugles utilisent le braille. Lorsque c’est possible, il est utile de demander directement à la personne comment communiquer avec elle.

Comment élaborer des outils de communication accessibles?

  • Assurez-vous que tous les outils de communication orale et écrite employés dans le cadre des pratiques, des programmes/activités ou des annonces relativement à l’office utilisent un langage clair. Proposez d’autres formats (p. ex. gros caractères d’imprimerie, audio, numérique et braille).
  • Proposez des équivalents textuels à tout contenu non-textuel (p. ex. photos avec sous-titres).
  • Proposez des sous-titres et autres solutions de rechange pour le contenu multimédia (p. ex. description sonore de photos et de vidéos).
  • Élaborez un contenu pouvant être présenté de différentes façons, y compris par des technologies fonctionnelles, comme des logiciels de lecture d’écran pour les utilisateurs non voyants ou ayant une basse vision, sans perdre la signification d’origine.
  • Utilisez différentes technologies pour diffuser votre message en vue de rejoindre un large éventail de personnes de tous les groupes d’âge et ayant des habiletés diverses. Faites de la sensibilisation par le biais d’applications mobiles et informatiques et des médias sociaux. Assurez-vous de rendre toutes les fonctionnalités accessibles depuis un clavier pour les utilisateurs en ligne.
  • Facilitez la lecture et l’écoute de contenu pour les utilisateurs.
  • Donnez suffisamment de temps aux utilisateurs pour lire et utiliser le contenu.
  • N’utilisez pas de contenu pouvant provoquer une crise d’épilepsie (tout contenu qui clignote plus de trois fois par seconde).
  • Aidez les utilisateurs à trouver ce qu’ils cherchent.
  • Assurez-vous de rendre le texte lisible et compréhensible. Utilisez un langage précis qui véhicule votre message le plus simplement possible.

Astuces pour élaborer des outils de communication accessibles

  • Lorsque vous élaborez de nouveaux renseignements, pensez à ce qui pourrait aider une personne ayant une déficience visuelle, une déficience auditive ou un trouble de l’apprentissage à comprendre ces renseignements.
  • Pensez à convertir l’information qui existe déjà en format accessible; par exemple, utilisez de gros caractères d’imprimerie pour les personnes ayant une déficience visuelle.
  • Embauchez des personnes handicapées à des fins de création de contenu pour votre communauté.
  • Utilisez des polices claires et des couleurs contrastées pour tous les documents que vous distribuez ou affichez ( 12 et 13).
  • Insérez différentes formes d’éléments visuels, textuels et sonores à vos communications de sorte que les gens puissent comprendre votre message par le moyen de communication qui leur permet la meilleure compréhension.
  • Offrez le sous-titrage et l’interprétation gestuelle afin d’accommoder un plus grand nombre de membres.

Avez-vous essayé ce qui suit?

  • Donnez un préavis suffisant avant les événements pour que des mesures d’adaptation puissent être prises.
  • Intégrez un énoncé relativement à l’inclusion dans tout votre matériel publicitaire.
  • Recueillez des renseignements sur les besoins particuliers dans les formulaires d’inscription.
  • Inscrire les coordonnées auxquelles adresser les demandes d’adaptation dans votre matériel publicitaire.
  • Donnez suite aux demandes d’adaptation.
  • Intégrer des symboles internationaux d’accessibilité dans votre matériel publicitaire pour indiquer les mesures d’adaptation que vous êtes en mesure d’offrir.
  • Annoncez en vous servant de différents formats pour accommoder les personnes ayant des habiletés diverses, y compris (sans s’y limiter) l’enregistrement sonore, le braille ou les formats Web.
  • Fournissez des documents à gros caractères d’imprimerie et en format numérique lors de vos réunions et dans le cadre du déroulement de vos services (certains membres apportent leur tablette lors de vos services).

Liste de vérification des progrès réalisés

  • Nous offrons de l’information sous différents formats, au besoin, en vue d’assurer que notre message parvient aux personnes ayant divers handicaps.
  • Nous créons un contenu à l’intention d’un public diversifié.
  • Nous avons imprimé des copies papier supplémentaires.
  • Les commandes des systèmes audiovisuels sont réglables.
  • Nous offrons la description verbale du contenu visuel.
  • Nous œuvrons au sous-titrage de certaines vidéos.
  • Nous veillons à ce que notre message soit diffusé de façon claire et compréhensible.
  • Nous avons mis en place un processus de rétroaction en matière d’accessibilité après les présentations, à des fins d’amélioration continue.
  • Nous diffusons notre message de différentes façons en vue d’attirer et de mobiliser les personnes de tous les horizons de la communauté.
  • Nous avons désormais plus d’éléments dont la case « Oui » est cochée dans la section de la Brève liste de vérification de l’accessibilité qui porte sur les obstacles à la communication.

3- Stratégies visant à rendre les bâtiments et les installations accessibles

Dans les centres urbains, comme dans les collectivités rurales, les lieux de culte sont des endroits importants en ce qui a trait à la sensibilisation communautaire, les programmes religieux et les activités sociales et culturelles. Les lieux de culte sont ainsi tout désignés pour permettre aux personnes handicapées d’établir des rapports et d’entretenir des relations sociales. La mise en œuvre d’une conception inclusive permettrait d’assurer que les personnes handicapées tirent le meilleur parti de leurs expériences en matière de culte.

Astuces pour améliorer l’accès aux lieux de culte

La compréhension de l’accessibilité physique dans les communautés religieuses de l’Ontario doit être abordée d’un autre point de vue. L’accessibilité physique est la composante la plus souvent abordée pour la communauté des personnes handicapées. Or, de nombreuses communautés n’accommodent pas encore entièrement les personnes handicapées. L’accessibilité physique va au-delà de simples rampes d’accès pour les utilisateurs de fauteuils roulants. L’accès doit comprendre d’autres éléments, comme:

  • des entrées spacieuses;
  • une signalisation claire pour guider les gens dans les bâtiments;
  • des lieux sans parfum;
  • un éclairage réglable;
  • des aides sonores et visuelles;
  • des places assises inclusives (p. ex. chaises disponibles dans les endroits où il n’y en a habituellement pas, bancs raccourcis à différents endroits pour faciliter le passage des fauteuils roulants et des marchettes partout sur les lieux de culte, et non en un seul endroit).

Astuces visant à rendre les bâtiments et les environnements accessibles

  • Tenez compte de la manière dont les gens vont se rendre sur vos lieux.
  • Envisagez d’offrir diverses options de transport aux membres ayant un handicap.
  • Diffusez de l’information au sujet des places de stationnement accessibles.
  • Diffusez de l’information au sujet de l’accès pour les fauteuils roulants.
  • Assurez-vous que vos voies d’accès extérieures et intérieures sont débarrassées de tout obstacle.
  • Si votre bâtiment comporte des ascenseurs, tâchez de les rendre totalement inclusifs pour les utilisateurs finaux dans toute leur diversité.
  • Installez une signalisation inclusive, claire et à contraste élevé.
  • Vérifiez l’acoustique. Il est important que la réflexion sonore soit minimale.
  • Indiquez l’emplacement des salles de bain accessibles.
  • Assurez-vous que tous les cordons et les câbles électriques sont bien recouverts afin qu’on puisse les franchir en toute sécurité.
  • Aménagez un endroit calme avec un éclairage de faible intensité.

Avez-vous essayé ce qui suit?

  • Aménagez l’espace de façon à fournir amplement de place aux utilisateurs de fauteuils roulants et de scooters.
  • Réservez des places assises accessibles à l’avant, au milieu et au fond de la salle.
  • Réservez des sièges pour que les personnes handicapées et leurs personnes de soutien puissent s’asseoir ensemble.
  • Intégrez un éclairage réglable à votre lieu de culte.
  • Favorisez un environnement sans parfum.

Liste de vérification des progrès réalisés

  • Nous reconnaissons que l’espace physique peut contribuer à renforcer ou à supprimer le sentiment de bienvenue d’une personne.
  • Nous nous sommes penchés sur l’aménagement de la salle et sur l’interaction des personnes handicapées avec l’environnement.
  • Tous les membres de notre communauté savent que la loi autorise les animaux d’assistance dans tous les lieux publics, sauf quelques exceptions (p. ex. les endroits où sont préparés des aliments), et qu’il peut s’agir de chiens ou de tout autre animal.
  • Nous avons fourni un encadrement aux paroissiens afin qu’ils n’interagissent pas (distraire, flatter, etc.) avec les animaux d’assistance qui travaillent (p. ex. portant un harnais).
  • Nous avons aménagé des endroits intérieurs et extérieurs où les animaux d’assistance peuvent faire leurs besoins, et nous leur fournissons un bol d’eau.
  • Nous prenons les dispositions nécessaires pour assurer le transport, lorsque possible (p. ex. le covoiturage).
  • Nous avons rempli la liste de vérification de l’accessibilité en tant que point de départ pour la promotion d’une culture d’accessibilité.
  • Nous avons utilisé et soutenu l’utilisation de technologies et d’applications en vue de faire état de nos progrès réalisés en matière d’inclusion et d’accessibilité.
  • Nous avons désormais plus d’éléments dont la case « Oui » est cochée dans la section des Obstacles architecturaux ou structuraux sur la Brève liste de vérification de l’accessibilité.

Accueillir de nouvelles personnes au sein de votre communauté

La vision inclusive est un processus continu qui vise l’apprentissage de nouvelles habitudes et de nouveaux comportements.

Étape 1: Élaborez un plan pour accueillir de nouveaux membres au sein de votre communauté

Préparez les membres de votre comité d’accueil à la façon d’interagir avec les personnes handicapées. Avisez les nouveaux membres que l’inclusion et l’accessibilité sont des priorités pour votre communauté. Expliquez clairement la façon de communiquer les besoins en matière de demande d’adaptation. Si les personnes handicapées peuvent partager leurs points de vue en ce qui a trait aux lieux de culte, au service au sein du comité, à la participation communautaire et à l’hospitalité avec leurs amis, alors les communautés religieuses pourront compter sur une preuve dynamique de la diversité célébrée par l’ensemble de nos traditions.

Étape 2 : Organisez des activités de sensibilisation à l’intention des personnes qui ne font pas encore partie de votre communauté

Comme il est indiqué précédemment, il se peut que certaines personnes aient déjà vécu des expériences négatives en tentant de se joindre à une communauté religieuse. Il est important pour vous de faire connaître les aménagements et les services en matière d’inclusion et d’accessibilité qu’offre votre communauté. Utilisez les voies de communication dont vous vous servez à l’heure actuelle et trouvez-en de nouvelles, comme l’affichage sur les applications de cartographie permettant de trouver des lieux accessibles, p. ex. wheelmap.org/fr, AXSmap. com ou AccessNow.me. Vous pouvez également demander à des groupes de défense des intérêts de parler de vous à leurs membres, et demander aux membres de votre communauté de partager ces renseignements sur leurs réseaux de médias sociaux. Ce qui est le plus important, c’est d’attirer l’attention des personnes handicapées. Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter la section 2 du présent guide intitulée Stratégies visant à améliorer la communication

Étape 3 : Établissez des rapports avec les personnes handicapées

Rappelez-vous que les personnes qui se joignent à votre communauté ne seront pas toutes disposées à vous faire part de leur handicap ou de leurs besoins en matière d’accessibilité. Il se peut même que plusieurs d’entre elles essaient de cacher leur handicap ou évitent de participer pleinement à votre communauté. Pour que les gens s’ouvrent à vous, vous devez d’abord créer un lien de confiance et établir un rapport.

  • Demandez et écoutez. Vous n’êtes pas encore certain d’en faire assez? Demandez simplement : « Comment puis-je / pouvons-nous aider? » Puis, écoutez. Vous n’êtes pas tenu d’avoir toutes les solutions. Vous n’aurez probablement jamais de solutions susceptibles de répondre aux besoins de tout le monde. En demandant directement aux personnes de vous éclairer, vous pourrez démontrer votre soutien et votre souci de leur bien-être, tout en permettant à plus de gens de se sentir les bienvenus.
  • Demandez aux nouveaux membres de quelle façon ils souhaitent participer aux activités de votre communauté. Demandez-leur ce dont ils ont besoin en vue de participer pleinement aux activités de votre communauté. Il peut s’agir d’une pratique utile, autant pour les membres actuels de votre communauté que pour les nouveaux membres.

Liste de vérification des progrès réalisés : Quels progrès avez-vous réalisés?

  • Nous pouvons reconnaître de nouveaux membres ayant un handicap et réussir à les accueillir.
  • Nous veillons à ce que les nouveaux membres sentent qu’ils font partie intégrante de la communauté, et nous mettons tout en œuvre pour favoriser leur intégration.
  • Nous avons essayé d’intégrer une planification centrée sur la personne au sein de notre communauté.
  • Nous comprenons les différentes approches permettant d’accueillir avec respect les personnes ayant divers handicaps.